Archives par étiquette : Actualités

Pour que nature vive

Le Muséum d’Histoire Naturelle a lancé une série de podcasts scientifiques accessibles à tous les publics Pour que nature vive.

La démarche qui a présidé à cette initiative est bien celle de la transmission des connaissances.

Une première série de douze épisodes est programmée en 2020 ; les six premiers ont été mis en ligne le 14 avril, à raison d’un épisode par semaine.

MOOC : vivre avec les autres animaux

Afin de mettre vos connaissances à jour, l’UVED et le Muséum vous proposent de participer gratuitement au MOOC « Vivre avec les autres animaux« . Ce MOOC vous apporte des repères sur des sujets de plus en plus discutés et débattus : émotions animales, intelligences animales, cultures animales, communication animale… Mobilisant une grande diversité d’experts, issus du Muséum et d’horizons variés, il est organisé autour de trois axes :

  • Les animaux : approches des sciences biologiques, humaines et sociales ;
  • Des animaux et des humains : représentations d’hier et d’aujourd’hui ;
  • Vivre demain avec les animaux.

Vous pouvez vous inscrire jusqu’au 1er mai.

Restriction d’accès dans le bois

Certaines zones du bois sont interdites à compter du 30 mars, mises à jour le 3 avril, y compris aux riverains.

Zones interdites dans le bois de Vincennes

  • Le Lac Daumesnil délimité par les voies périmétriques suivantes incluses :
    • Route de Ceinture du Lac Daumesnil,
    • avenue Daumesnil,
    • Carrefour de la Conservation,
    • route de Ceinture du Lac Daumesnil.
  • Le Lac des Minimes délimité par les voies périmétriques suivantes incluses :
    • Route Circulaire.
  • Hippodrome de Vincennes délimité par les voies périmétriques suivantes incluses :
    • Route Saint-Hubert,
    • Rond-point Mortemart,
    • route de la Pyramide,
    • Carrefour de la ferme de la Faisanderie,
    • route de la Ferme,
    • route de la Tournelle,
    • route du Pesage.
  • Stade Pershing délimité par les voies périmétriques suivantes incluses :
    • Avenue du Tremblay,
    • route Mortemart,
    • Rond-point Mortemart,
    • route de la Pyramide,
    • Rond-point de la Pyramide,
    • route du Champ de Manœuvres.
  • Esplanade Saint-Louis
  • Le lac de Saint-Mandé délimité par les voies suivantes incluses :
    • chaussée de l’Etang,
    • Route de la Tourelle,
    • Avenue de Bel-Air,
    • Avenue Daumesnil.
zones interdites du bois de Vincennes
Zones interdites dans le bois de Vincennes

Bel âge Saint Mandé

Le service Bel Age propose, à ceux qui possèdent une tablette numérique et/ou un accès internet, des vidéos, des conférences sur des thèmes variés ; pour plus d’informations, contacter le 01 49 57 78 32 (lundi et mardi de 9h à 12h et de 13h30 à 18h).

Les sorties prévues jusqu’en juin : Yves St Laurent et La Serre aux Papillons sont reportées à partir du 2 juillet.

Lieux saints partagés

Coexistences en Europe et en Méditerranée

Jusqu’au 21 janvier 2018, le musée national de l’histoire de l’immigration propose une exposition intitulée lieux saints partagés.

À chacun son Dieu, ses écritures, ses saints. Pourtant, depuis leurs origines, les trois monothéismes (judaïsme, christianisme, islam) partagent des croyances, des pratiques, des figures tutélaires mais aussi des sanctuaires. Avec l’exposition Lieux saints partagés, le Musée national de l’histoire de l’immigration revient sur ces pratiques et pose l’une des interrogations les plus sensibles du 21e siècle : celle des identités religieuses aujourd’hui.
Conçue à partir d’une enquête anthropologique que les commissaires conduisent depuis plusieurs années, l’exposition met en lumière des circulations impliquant des hommes, des rites et des croyances et révèle des pratiques partagées qui se déploient dans des lieux chargés d’une forte sacralité.

Œuvres d’art, photographies, films documentaires, objets ethnographiques et archives composent un parcours qui invite à une traversée ayant comme départ Jérusalem et cheminant vers l’Europe continentale en passant par différentes îles et rivages de la Méditerranée.

Le parcours débute ainsi avec une première partie dédiée à la Terre sainte, berceau des monothéismes marqué par l’exacerbation des frontières, la concurrence des corporations religieuses et l’enchevêtrement des lieux saints. Pourtant, on y observe des formes de porosité interreligieuse.

La deuxième partie est consacrée à certains carrefours des migrations en mer Méditerranée. Paradoxalement isolées et nœuds de circulation, les îles de Lampedusa (Italie), Djerba (Tunisie) et Büyükada (Turquie) sont propices aux interactions entre fidèles de religions différentes.

Cette idée se poursuit avec la section suivante qui approfondit les questions de circulations humaine et religieuse entre la rive nord et la rive sud de la Méditerranée dans les contextes colonial et post-colonial. Des cultes catholiques implantés au Maghreb tels Notre-Dame d’Afrique à Alger ou Notre-Dame de Santa Cruz à Oran, aux exemples sur l’autre rive de lieux de culte devenus multiconfessionnels comme Notre-Dame de la Garde à Marseille et à Nîmes.

Enfin Lieux saints partagés s’arrête sur certaines grandes figures, des « bâtisseurs de paix » à l’instar de Louis Massignon fondateur du pèlerinage islamo-chrétien des Sept Dormants ou d’André Chouraqui (1917-2007), célèbre traducteur de la Bible et du Coran, qui a œuvré toute sa vie au dépassement des clivages confessionnels en France, en Israël et dans le monde, ou encore du cheikh Khaled Bentounès, guide spirituel de la confrérie soufie Alawiyya et fondateur de l’association AISA reconnue comme organisation non gouvernementale internationale par l’ONU et qui a pour vocation d’œuvrer à l’émergence d’une société du mieux vivre ensemble.

Prolongement de l’exposition présentée au Mucem à Marseille, cette exposition est le fruit d’une profonde réécriture et est enrichie spécialement pour le Musée national de l’histoire de l’immigration par un parcours qui s’intéresse à la question des mobilités dans un cadre géographique élargi à l’Europe continentale.

Commissariat général de l’exposition

Dionigi Albera : anthropologue, directeur de recherche au CNRS et directeur de 2006 à 2016 de l’Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative (IDEMEC) à la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH) d’Aix-en-Provence

Manoël Pénicaud : anthropologue, chargé de recherche au CNRS et membre de l’Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative (IDEMEC) à Aix-en-Provence. Spécialiste des pèlerinages et des relations interreligieuses en Europe et en Méditerranée.

Lieux saints partagés

DU interreligieux à l’ICP

Dans une thématique proche de l’association Cordoba, l’Institut catholique de Paris propose un Diplôme Universitaire judaïsme, christianisme, islam : interactions des doctrines et des pratiques.

La fiche de présentation est accessible ici.

L’institut des Sciences et de Théologie des Religions dispose de deux bourses pour ce DU.
Les demandes d’inscription ou demandes de bourse doivent être effectuées avant le 18 septembre 2015.